QUESTION 51

Aller en bas

QUESTION 51

Message par SarahBou le Lun 17 Mai - 10:29

QUESTION 51
Dans l’établissement d’une carte factorielle des gènes, il est recommandé de réaliser plusieurs tests trois points. Il est aussi conseillé d’être prudent dans l’interprétation des distances génétiques se traduisant par des valeurs de centimorgan trop élevées. Expliquez ces considérations ? (p.144)
Introduction sur la carte génétique : le nombre de crossing-over entre paires de gènes liées n’est pas courant : leurs fréquences diffèrent : la proportion des recombinants parmi la descendance peut varier grandement selon les paires de gènes liées étudiées. MORGAN supposa que ces variations de fréquence de crossing-over pourraient refléter les distances réelles séparant les gènes sur les chromosomes, d’où création d’une méthode décrivant les relations entre gènes. Dans une descendance, le pourcentage de recombinants peut être utilisé en tant que mesure de la distance linéaire séparant 2 paires de gènes sur une carte génétique. STURTEVANT postula que plus la distance séparant les gènes liés est grande, plus la probabilité qu’un crossing-over s’y produise est élevée et plus la proportion de méioses au cours desquelles un crossing-over s’y produira sera grande. De la sorte, en établissant la fréquence des recombinants nous pouvons déduire une mesure de la distance séparant les paires de gènes : l’unité de carte génétique (U.C.) ou le centimorgan (cM) : distance entre paires de gènes pour laquelle un produit sur 100 de la méiose est un recombinant. À partir d’une distance génétique donnée (en U.C), nous pouvons prédire les fréquences des descendants pour chaque classe.
Test 3 points (ou croisement à 3 facteurs liés) : croisement entre un triple hétérozygotes et un triple récessif, ce type de croisement est une bonne illustration du type d’approche standard utilisée pour l’analyse du linkage.
Considérations :
1) C’est l’analyse des données qui nous guide dans la recherche de la disposition réelle des gènes.
2) La carte peut-être inversée
3) Les classes les plus rares correspondent à des doubles recombinants issus de deux crossing-over (il faut les compter deux fois). Détecter les doubles crossing-over dépend de si nous disposons d’une paire de gènes hétérozygotes encadrant chaque crossing-over
4) Les cartes ne représentent que les relations entre loci. Nous ne savons pas où se situent les loci sur le chromosome, ou même, quel chromosome spécifique est impliqué.

Allez voir aussi les exemples du cours, p.144

SarahBou
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum